Presse

RFI
26 janvier 2022

Amala Dianor, le hip-hop pour boussole

"Danseur et chorégraphe, il attache une grande importance à l'entraide et la transmission. Les différents spectacles de sa compagnie s'inscrivent dans cette logique."

Télérama
20 janvier 2022

Sélection critique par Rosita Boisseau

"Pour bâtir un dialogue porteur d'optimisme, le maître d'œuvre de cette création entend bien donner toutes leurs chances aux uns et aux autres en ouvrant large l'horizon géographique et stylistique."

Par Rosita Boisseau

Chronique de danse
20 janvier 2022

Critique : Siguifin

"Dans le final, les mots paix et réconciliation, presque magiques à l’ère actuelle, prononcés par un des danseurs, nous rappellent la signification du titre de la pièce Siguifin, qui signifie être magique en bambara, la langue de l’ethnie principale du Mali. C’est l’esprit de groupe, leur joie, qui sont à son origine et qui deviennent le moteur de cette chorégraphie."

Par Antonella Poli

Libération
14 janvier 2022

L'Afrique vers plus d'indépendanse

"(…) Ces trois chorégraphes sont aussi des "opérateurs", raconte Amala Dianor. Au Sénégal, Alioune a lancé un festival, pareil pour Naomi au Mali. Et au Burina, Ladji a monté le collectif de danseurs hip-hop Jump qui joue le rôle d'incubateur et organise aussi des battles. Ce sont des histoires très différentes: le Sénégal est, sur la scène chorégraphique hip-hop, très dynamique alors que le Mali compte énormément de danseurs autodidactes mais manque cruellement de structures. La pièce fait le voeu de créer des liens entre eux."

Par Eve Beauvallet

Scèneweb
14 janvier 2022

Nangaline Gomis dans Wo-Man d'Amala Dianor

" En 2020, Amala Dianor, plutôt qu'une reprise de son solo, imagine pour elle un prolongement de la chorégraphie, une recréation sur le corps d'une jeune femme. Interprète à l'énergie pulsatile, Nangaline offre à l'auteur de se transposer dans un autre corps que le sien, pour réinscrire, reconstruire, réinventer son histoire. Ce solo résonne comme une extension, un prolongement de soi-même qui s'appuiera sur la tonicité, la vitalité et la ferveur d'une jeune interprète engagée."

Par Philippe Noisette

Le Canard Enchainé
12 janvier 2022

Siguifin, Energie Monstre

"(…) Chorégraphié à la façon du jeu du cadavre exquis, en une suite de tableaux aux changements de tempo surprenants, "Siguifin" entretisse hip-hop brillamment ondulatoire et danses tribales, ici exemptes des clichés obscènes qui trop souvent en dénaturent la grâce. Les neuf jeunes danseurs et danseuses sont formidables d'énergie fougueuse ; on a envie de leur crier hip-hop hip ! hourrah!"

Par A.A

France Culture
11 janvier 2022

A Suresnes, le monstre magique d'Amala Dianor, un spectacle qui fait voyager

"Siguifin signifie « monstre magique » en bambara. C’est une promesse placée sous le signe de l’Afrique. La nouvelle création d’Amala Dianor rassemble une constellation de talents. Ensemble, ils célèbrent la vitalité d’une danse à l’image du bouillonnement artistique qui anime le continent africain."

Entretien avec Arnaud Laporte

L'Œil d'Olivier
11 janvier 2022

Amala Dianor, maître de chœur chorégraphique

"De Suresnes cité danse à Faits d’hiver, Amala Dianor fait les beaux jours des festivals en ce début d’année 2022. Après un parcours de hip-hopeur et une formation en danse contemporaine, le chorégraphe franco-sénégalais revendique une écriture métissée qui se nourrit au fil des rencontres, des collaborations. Plaçant la transmission au cœur de son art, il invite, dans les trois pièces visibles en région parisienne en ce mois de janvier, au partage. "

Par Olivier Frégaville-Gratian d’Amore

Le Monde
9 janvier 2022

A Suresnes, le hip-hop mène la danse depuis trente ans

Les Echos
7 janvier 2022

Danse : le talent démultiplié d'Amala Dianor

"On suit, depuis déjà quelques saisons, le travail d'Amala Dianor. Après avoir été un interprète exceptionnel, notamment pour Emanuel Gat, il s'est lancé dans l'aventure d'une compagnie à son nom. Dix ans déjà depuis « Crossroad » sa première chorégraphie prometteuse. Dianor est passé par le hip-hop qu'il enrichit d'une lecture contemporaine. Partageant le plateau avec ses complices Johanna Faye et Mathias Rassin, il signe avec « Point Zéro », tout juste créé, une ode au mouvement. Il accentue le travail du bassin, ose l'ondulation du corps pour déconstruire la forme du trio. On ne sait plus trop qui, des danses urbaines ou contemporaines, contamine l'autre. En creux, le chorégraphe brosse une autobiographie de trois amis peu à peu rattrapés par le temps qui passe. « Point Zéro tient néanmoins à distance la nostalgie, privilégiant l'énergie de la danse. (…) Sous nos yeux, la soliste prend différents visages, celui d'une guerrière ou d'une enfant. Sur la musique électronique d'Awir Léon, la gestuelle de Gomis est précise, inventive. Les décharges d'adrénaline semblent parcourir les membres de la danseuse jusqu'à l'épuisement."

Par Philippe Noissette

Sceneweb
6 janvier 2022

La danse fait son festival

"La valeur sûre : Amala Dianor et son Siguifin en collaboration avec des danseurs africains"

Par Philippe Noissette

La Croix
6 janvier 2022

Suresnes cités danse : trente ans au rythme de la création hip-hop

"À l’affiche de cette édition anniversaire figurent de nombreux artistes qui firent, au cours de ces dernières décennies, leurs premiers pas à Suresnes. Parmi eux, Amala Dianor présente Siguifin, une création qui rassemble trois chorégraphes et neufs danseurs africains, les 15 et 16 janvier."
Par Marie-Valentine Chaudon

Télérama
5 janvier 2022

Le festival Suresnes cités danse : trente ans de révolution hip-hop

Sceneweb
3 janvier 2022

20 têtes d’affiche pour la rentrée 2022

"C’est un festival Amala Dianor pour cette rentrée. Le chorégraphe présentera tout d’abord Siguifin à Suresnes Cités Danse. Siguifin signifie « monstre magique célèbrent la vitalité d’une danse à l’image du bouillonnement artis¬tique qui anime le continent africain."

Par Stéphane Capron

Sceneweb
30 décembre 2021

Amala Dianor Siguifin à Suresnes Cités Danse puis WO-Man et Point Zéro au Théâtre des Abbesses

"Ensemble, ils célèbrent la vitalité d'une danse à l'image du bouillonnement artistique qui anime le continent africain."

Par Stéphane Capron

La Terrasse
17 décembre 2021

Faits d’hiver 2022, 16 lieux en Île-de-France et 51 représentations

" (…) on pourra rencontrer la Wo-man d’Amala Dianor, fruit de la transmission de son solo emblématique Man Rec à la danseuse Nangaline Gomis, dont il partage les mêmes origines sénégalaises."

Par Nathalie Yokel

L'humanité
16 décembre 2021

L'élan magique d'Amala Dianor

« (…) D'ordinaire rapide, le hip-hop nous fait ici attendre. Mise en commun des gestes, loin des mœurs d'un art qui tient du défi et de la concurrence. Vivifiant bouleversement des usages. (…) Effet de groupe endiablé. Chacun, pourtant, a sa parcelle de singularité. Ils se différencient sans se laisser réduire au rôle de rouage. Le corps danse par blocs d'anatomies. Épaules rotatives, dos plat à la consistance de pierre, mains tampons-buvards qui boivent l'air, pieds épousant la forme parfaite du tempo, voix de l'une en vigie qui guide le groupe, onomatopées pour signifier un changement de rythme. L'enveloppe toute entière s'accommode de déplacements hybrides. (…) »

Par Muriel Steinmetz

Scèneweb
22 octobre 2021

Le chorégraphe revient avec 3 pièces frondeuses. Dont Point Zéro sa dernière création présentée à la Maison de la danse de Lyon.

"Avec Amala Dianor, la complicité est évidente jusque dans ce jeu de mains, ces passements de jambes."
Cnews
21 octobre 2021

L'Odyssée d'Amala Dianor "le chanceux"

"A la Maison de la danse, le chorégraphe dansera lui-même dans Extension, puis Point Zéro. A plus de 45ans, il songe à sa prochaine création pour une douzaine de danseurs, en collaboration avec le plasticien Grégoire Korganow et inspirée par la mythologie grecque."

Le petit Bulletin
20 octobre 2021

Amala Dianor, trois pièces à la Maison de la Danse

"À travers toutes ses expériences, il a peu à peu forgé sa propre écriture transdisciplinaire (entre hip-hop, néo-classique, danse afro et danse contemporaine), marquée par la virtuosité, le dépouillement de toute recherche spectaculaire, l'exploration de la matière fondamentale du mouvement et du corps."

Par Jean-Emmanuel Denave

Lyon Capitale
19 octobre 2021

Culture: Voyages métissés à la Maison de la Danse

"Entre contemporain, classique, hip-hop et danse africaine, il hybride les écritures laissant apparaître un langage d’ouverture qui cherche le lien entre les différences. Lumineuse et poétique, sa danse pose ses respirations dans une gestuelle à la fois puissante et féline. Amala Dianor séduit le public et les programmateurs."

Le progrès
19 octobre 2021

L'odyssée d'Amala Dianor, "le chanceux" à la Maison de la Danse

Tout Lyon
16 octobre 2021

Coup de projecter sur Amala Dianor

"Issus du projet Babel mis en place en 2018, ces cinq interprètes fougueux creusent les chemins de désobéissance et tentent de concrétiser leurs rêves"

Tribune de Lyon
14 octobre 2021

Amala Dianor, le prince du hip-hop

"Mais puisque « la transmission et le goût du collectif » ont toujours été au cœur du travail de ce quadra radieux, c'est pour cinq jeunes danseurs hip-hop qu'il a participé à la chorégraphie d'Urgence , comme une conjuration de la rage urbaine en forme d'émancipation."

Par L.H.

Lyon Capitale
1 octobre 2021

Danse de l'alterité

" Entre contemporain, classique, hip)hop et danse africaine, il hybride les écritures laissant apparaître un langage d'ouverture qui cherche le lien entre les différences. Lumineuse et poétique, sa danse pose ses respirations dans une gestuelle à la fois puissante et féline. Amala Dianor séduit le public et les programmateurs."

 

Exit Mag
30 septembre 2021

Résident de la République

" En 2020, Amala Dianor, plutôt qu'une reprise de son solo, imagine pour elle un prolongement de la chorégraphie, une recréation sur le corps d'une jeune femme. Interprète à l'énergie pulsatile, Nangaline offre à l'auteur de se transposer dans un autre corps que le sien, pour réinscrire, reconstruire, réinventer son histoire. Ce solo résonne comme une extension, un prolongement de soi-même qui s'appuiera sur la tonicité, la vitalité et la ferveur d'une jeune interprète engagée."

Par L. H

Danser Canal Historique
22 septembre 2021

Amala Dianor, Alioune Diagne, Ladji Koné, Naomi Fall : « Siguifin »

"(...) L'effet de groupe est aussi saisissant qu'entraînant avec sa pulsation sans répit. Mais peu à peu, ils se détachent les uns des autres, les personnalités de chacun s'affirmant, tandis que le chant prend de l'ampleur, grâce à la voix extraordinaire de la Burkinabé Rama Koné, une danseuse chanteuse au potentiel énorme. Ce sont des figures issues du hip-hop qui prennent peu à peu le relais, tout en y mêlant une gestuelle venue de danses traditionnelles que l'on devine très diversifiées. Jouant avec brio des isolations et des ralentis, des unissons et des dissociations, ils mènent la danse à un train d'enfer, nous emportant avec eux dans leur voyage chorégraphique entre Mali, Burkina Faso et Sénégal. (...)"

 

Par Agnès Izrine

L'Œil d'Olivier
21 septembre 2021

Siguifun , un cadavre exquis pour jeunes danseurs ciselé par Amala Dianor

"(…) Porté avec douceur et précision par le chorégraphe franco-sénégalais, dont l'esthétisme épuré qui conjugue habilement hip hop et danse contemporaine, fait la force de ses spectacles, de The Falling stardust à Urgence, Siguifin touche par la fougue et l'énergie qui se dégagent du plateau. Entremêlant au fil des tableaux danses tribales et street dance, elle offre un regard kaléidoscopique sur la jeune création venue du continent africain, sur la force vive des neufs jeunes danseurs en voie de professionnalisation. »

Par Olivier Frégaville-Gratian d’Amore

La Terrasse
19 septembre 2021

Atelier de Paris – Carolyn Carlson / Chor. Amala Dianor / Alioune Diagne / Noami Fall / Ladji Koné

(…) Neuf jeunes gens (six danseurs et trois danseuses dont l'une à la voix puissante, envoutante) montrent une énergie remarquable et une fraîcheur vivifiante. La chorégraphie mêle langages contemporain, urbain et africain, les appuis sont puissamment ancrés, les pieds martèlent le sol. Le cadavre exquis prend et donne lieu à un « monstre magique » (la signification de Sigifin en bambara) certes protéiforme mais fluide et cohérent, qui offre quelques moments jubilatoires. »

Par Delphine Baffour

La Terrasse
19 septembre 2021

Siguifin, un spectacle orchestré par Amala Dianor

"Dans le monumentale forum du Palais (de la Porte Dorée) les neuf jeunes gens (six danseurs et trois danseuses dont l'une à la voix puissante, envoutante) montrent une énergie remarquable et une fraicheur vivifiante. La chorégraphie mêle langages contemporain, urbain et africain, les appuis sont puissamment ancrés, les pieds martèlent le sol."

Par Delphine Baffour

Beaux-Arts
16 septembre 2021

Au Palais de la Porte Dorée, un spectacle de danse collectif

" Le titre signifie "monstre magique" en bambara et exprime l'esprit de cadavre exquis de cette création collective, qui montre différentes voix et corps en dialogues, à l'image du bouillonnement artistique qui anime tout le continent", (…). Prometteur."

Par Maïlys Celeux-Lanval

La Croix l'hebdo
2 septembre 2021

Le hip-hop en son breceau français

"Je voulais changer de regard sur l'Afrique et mettre en lumière une jeunesse qui choisit de rester et de vivre sur sa terre. C'est une pièce de groupe, je me pose seulement en maitre d'œuvre. Nous faisons dialoguer le hip-hop, la danse contemporaine et la danse africaine dans une proposition très rythmiques, avec un battement de nature, je l'espère, à convoquer une émotion chez le public"

Propos reccueillis par Marie-Valentine Chaudon

La Terrasse
18 août 2021

Siguifin d'Amala Dianor, Ladji Koné, Naomi Fall et Alioune Diagne

" Surtout une liberté des corps se déploie dans des textures gestuelles inédites, avec une furieuse énergie. Tous possèdent une rage de s'expriment comme un besoin vital. La musique d'Awir Léon, (…), imprègne la pièce de tons chauds et d'une rythmique physique pleine de fougue."

Par Agnès Izrine

Culturebox
5 mars 2021

Amala Dianor & Johanna Faye - "Point Zéro" @ Culturebox, l'émission

"Le temps s'arrête sur la scène de Culturebox, l'émission lorsque les danseur.se.s et chorégraphes Amala Dianor et Johanna Faye (Compagnie Amala Dianor) nous présentent la création "Point Zéro"
Pour retrouver l'émission présentée par Daphné Bürki et Raphäl, c'est ici : bit.ly/3sSxHFz"

Télérama
12 janvier 2021

Amala Dianor : The Falling Stardust

"Ouvrir son horizon, complexifier son regard : le chorégraphe Amala Dianor cherche toujours plus loin. Entre hip-hop et contemporain, nourrie d'influences africaines, dont celle du sabaar sénégalais, sa gestuelle infiniment souple et acrobatique se faufile avec une grâce et une classe unique."

Le Monde
22 décembre 2020

Spectacles pour canapé

"J’ai eu beaucoup d’annulations cette année et très peu de reports, résume-t-il. Etre au TCE avec les danseurs, qui sont intermittents et dans la précarité, et que je n’ai pas vus depuis mars, est formidable. Qu’il soit réel ou virtuel, le public est là et redonne du sens à notre métier." Amala Dianor, propos reccueillis par Rosita Boisseau et

Par Brigitte Salino

Concert classique.com
9 décembre 2020

« Nos jeunes talents s’invitent chez vous », proposé par la Caisse des Dépôts au TCE – Le réel d'un art en constante évolution

"Pour Amala Dianor, à la carrière déjà sérieuse puisqu’il a été programmé à la Maison de la Danse de Lyon et au Festival de Montpellier l’an passé, tous les mélanges sont possibles, avec une bonne base classique, ce qui donne de la solidité à son discours : son Falling stardust est une belle plateforme pour l’envol des corps. Et son désir de s’engager pour aider les plus jeunes danseurs donne des résultats prometteurs, notamment en Afrique de l’Ouest, avec laquelle il collabore."

Par Jacqueline Thuilleux

Ma culture
27 avril 2020

Amala Dianor, Siguifin

"Motivé par l’envie d’impulser des collaborations inédites à chaque nouveau projet, Amala Dianor s’est lancé dans la création d’un véritable « monstre magique » avec Siguifin. Cette pièce ambitieuse réunit à ses côtés trois chorégraphes co-créateurs : Souleymane Ladji Koné, Naomi Fall et Alioune Diagne, ainsi que neuf jeunes danseurs originaires du Mali, Sénégal et Burkina Faso. Cette équipe artistique accompagnée d’Amala Dianor a imaginé un cadavre exquis en trois parties explorant chacune différentes facettes de cette Afrique contemporaine, mettant en lumière la diversité et les écarts qui peuvent exister entre ces pays pourtant limitrophes."

Par Marie Pons

Ouest-France
7 novembre 2019

Héloïse Gaillard et Amala Dianor au top

"C'est ce qu'on appelle un pur moment de grâce. De ces représentations artistiques qui vous gonflent le cœur à l'hélium. Sur la scène du Grand théâtre, mercredi, Héloïse Gaillard et Amala Dianor, célèbrent de concert leurs distinctions. La directrice artistique de l'ensemble Amarillis est faite chevalier dans l'ordre national du Mérite; le fondateur de la compagnie qui porte son nom, chevalier des Arts et des lettres."
Par Laurent Bauvallet

Le Figaro
28 juin 2019

Chapeaux pointus, gesticulations inutiles et beauté enneigée à Montpellier danse

"Enfin, Amala Dianor crée la surprise avec une danse plus sage qu'à l'accoutumée. (…) Il présente ici sa première "œuvre" au sens sérieux du terme, dans laquelle il tente de détricoter la danse académique. Son titre : The Falling Stardust (La chute de poussières d'étoiles). Tout un symbole quand on s'attaque au classique ! On y voit des danseurs, tout de noir vêtus, évoluer sur une musique aux accents parfois symphoniques. On est ici face à une danse très hybride, à la frontière de différents genres. S'il peut dérouter, Amala Dianor prouve, s'il était encore nécessaire, que le classique contemporain et le hip-hop peuvent faire bon ménage."

Par François Delétraz

Le Monde
27 juin 2019

Entre « télénovela » et arabesques, Montpellier Danse fait le plein

"La confrontation du hip-hop avec le vocabulaire classique qui tire des arabesques comme des lignes parfaites livre quelques moments fulgurants mais parfois trop prévisibles. Heureusement, les décharges nerveuses relancent l’urgence."

Par R.BU

L'Œil d'Olivier
23 juin 2019

Amala Dianor, maître des étoiles

"Avec The Falling Stardust, comme d’ailleurs avec la plupart de mes créations, relate-t-il, je fais en sorte d’installer un rapport sur scène entre les différents danseurs. Le dialogue ne doit pas être uniquement avec le public. Il est important que chacun prenne conscience qu'il n'est pas seul au plateau, qu'il doit interagir avec les autres. Il y a une double lecture"

Par Olivier Frégaville-Gratian d’Amore

Midi Libre
23 juin 2019

Amala Dianor : le hip-hop à l'épreuve du classique

"But du propos : « avoir un panel de vocabulaires et d'esthétiques afin de retrouver et perdre des schémas que l’on a l’habitude d’identifier » et mettre à distance la question de la virtuosité"

Par Lise Ott

Danser Canal Historique
21 juin 2019

"The Falling Stradust" d'Amala Dianor

"La variété du vocabulaire, la souplesse dans le passage d’un registre à l’autre, la capacité à fusionner les styles et à former un ensemble homogène sont le carburant de ce voyage mystique. Ce n’est donc pas l’énergie qui manque, ni la variation en matière de postures et de constellations des corps."

Par Thomas Hahn

La Terrasse
1 juin 2019

The Falling Stardust

"Le fait de regarder au lointain dans le public leur donne un point d’appui. Quand on regarde les autres, cela change les repères. Regarder quelqu'un, mettre le regard en mouvement, cela déstabilise les appuis, et cela a été une grande partie du travail des danseurs. Et je rajoute au travail la nécessité de s'impliquer intellectuellement, d'avoir des prises de décision, des réactions par rapport aux autres."

Par  Nathalie Yokel

Courier de l'Ouest
28 janvier 2019

Des entrechats qui s'entrechoquent

"Je souhaite sur scène valoriser l'individu, le danseur, et emmener chacun sur un terrain fragile que celui de la virtuosité afin de se révéler autrement",

Ouest France
26 janvier 2019

Danse : Amala Dianor présente sa dernière création

"La pièce mêle "force et fragilité, doute et conviction envers le défi renouvelé d'une danse ouverte partagée"

Écho d’Ancenis et du vignoble
24 janvier 2019

Avec Amala Dianor, le hip hop sublime les danses

"Toujours investie, la danse métissée d'Amala Dianor construit avec grâce des ponts entre les esthétiques pour le plus grand plaisir du spectateur"

Courier de l'Ouest
23 janvier 2019

Amala Dianor de retour à Beaupréau

"Cette chorégraphie "est encore une histoire de rencontres"",

Danser Canal Historique
14 janvier 2019

Amala Dianor crée "Falling Stardust" : Interview

"Il s’agit d’une pièce de groupe sous influence de danse classique. L’idée de départ était d’amener la technique ailleurs. Je voulais inviter de danseurs qui ont une réelle maîtrise d’une technique dansée, que ce soit la danse contemporaine, la danse classique ou le hip hop, et qui évoluent généralement dans des spectacles basés sur une seule technique, à se révéler autrement, avec leur personnalité, en allant sur un terrain où ils sont quelque peu fragilisés, car ce n’est plus leur virtuosité qui prime."

Par Thomas Hahn

Le courrier de l'ouest
1 décembre 2018

Amala Dianor en Ouverture studio

"Par le fait, il amènera les danseurs de ballet, maîtres de la technique pure du mouvement classique, à se risquer sur un terrain où la rencontre avec son travail les conduira vers une fragilité qui sera la force et l’intérêt de la rencontre"

Midi Libre
18 novembre 2018

A l'écoute de soi

"Objectif avoué : « Raconter ses propres histoires. » Au- delà de la technique, pour trouver du sens, et composer une chorégraphie où le don de soi s'incarne avec justesse."

Par Lise Ott

Le Monde
19 mars 2018

Le hip-hop tout en légèreté d’Amala Dianor

"Le chorégraphe d’origine sénégalaise réinvente la géométrie dans l’espace sur la scène du Théâtre des Abbesses."

RFI
16 mars 2018

Danse: Amala Dianor, ou l'art de la liberté

"Il se situe à la frontière entre hip-hop et danse contemporaine. Le danseur et chorégraphe d'origine sénégalaise Amala Dianor est de plus en plus en vue. Cinq ans après la création de sa compagnie, il présente jusqu'à demain soir deux de ces créations au Théâtre de la Ville, dans la salle des Abbesses, temple de la danse contemporaine à Paris. Il s'agit de deux trios baptisés « Quelque part au milieu de l'infini », et « New School ». Amala Dianor est notre invité pour en parler."

Charente Libre
9 mars 2018

La tête dans les nuages : Amala Dianor replonge dans les racines du Hip Hop

"L’éclectique et brillant chorégraphe Amala Dianor présente « De(s)génération » ces samedi 10 et dimanche 11 mars au théâtre d’Angoulême dans le cadre du festival la Tête dans les nuages. Un hommage chargé d’énergie aux débuts de la danse hip-hop."

Danser Canal Historique
15 mai 2017

Entretien avec Amala Dianor

"Une création avec les habitants, une battle, et de grandes tournées. Mais dans notre interview, Amala Dianor dit surtout la nécessité pour tout chorégraphe de prendre du temps pour questionner sa propre démarche, parfois même à travers un travail de création. Comme dans le trio Quelque part au milieu de l’infini, qu’il reprend à Pôle-Sud du 16 au 17 mai."

Le Point
17 avril 2017

Amala Dianor : "Le paysage chorégraphique africain est en train de changer"

"Figure centrale de la scène chorégraphique française, le Franco-Sénégalais explique son choix de mêler le hip-hop aux danses africaines et à la danse contemporaine."

La Montagne
11 avril 2017

Six danseurs de la cie Amala Dianor mettent le feu aux 7 co

"Une grande bouffée hip-hop d’air frais. Une maîtrise technique et une générosité hors normes, une légèreté et un humour qui pulvérisent la sinistrose ambiante…"

Arte.tv
30 mars 2017

Amala Dianor, la danse hors catégories

"Après avoir été l’interprète de nombreux chorégraphes hip-hop et contemporains, Amala Dianor a fondé sa compagnie en 2012. Nourri de danse contemporaine, de néo-classique et de danse africaine, ce natif du Sénégal est l’un des rares à renouveler la gestuelle hip-hop en la libérant de ses figures imposées. Il aime aussi partager le plateau avec des danseurs ayant une approche différente de la sienne. Le festival Séquence danse du Centquatre présente deux de ses spectacles : "Man Rec", tiré d’une expression wolof qui signifie "Seulement moi", un solo en forme de carte d’identité interprété par Dianor lui-même, et sa nouvelle création, "Quelque part au milieu de l’infini"

Le Monde
29 mars 2017

Hip-hop ou contemporain, entre les danses d’Amala Dianor

En vedette du festival Séquence Danse au Centquatre, le chorégraphe présente sa pièce "Quelque part au milieu de l’infini.""

Telerama
28 mars 2017

Amala Dianor fait s'envoler la danse hip-hop

"Issu de la culture street et formé à la danse contemporaine, ce chorégraphe d’origine sénégalaise déploie un langage singulier qui transcende les genres. Il est à découvrir d'urgence au Centquatre cette semaine."