Siguifin

Durée 60'

La rencontre est plus que jamais au coeur du travail d’Amala avec ce projet qui invite trois chorégraphes d’Afrique.

« Siguifin » est une création chorégraphique qui se nourrit de la richesse et de la diversité des jeunes danseurs issus du Mali, Burkina Faso et du Sénégal. Trois interprètes de chaque pays vont travailler avec Alioune Diagne chorégraphe de Saint Louis au Sénégal, Naomi Fall chorégraphe de Bamako au Mali et Ladji Koné de Ouagadougou au Burkina Faso.

Ces chorégraphes très actifs sur leur territoire sont en constante vibration avec l’énergie des danseurs qui vivent et transpirent la danse avec une tonicité et une rage de s’exprimer qui me semble vitale de mettre en scène.

Les approches de la recherche chorégraphique de ces différents chorégraphes, au profit des jeunes danseurs talentueux, est une grande richesse non seulement pour le projet artistique en question, mais aussi pour les chorégraphes qui vont être amenés à collaborer pour co-signer l’oeuvre chorégraphique.

La recherche mené par Naomi Fall sur les individualités, et les questionnements qui se dégagent de cette réunion de la jeunesse active de ces trois pays, permettra à Ladji Koné de confronter les danseurs à travers leurs personnalités dans une recherche basée sur l’écoute et la cohésion de groupe. Alioune Diagne interroge les danseurs de ces trois pays qui sont mitoyens, voisins et collés, mais qui ne se ressemble pas. La recherche sur les différentes techniques de danses de chacun seraient le pont entre ces frontières.

« Siguifin » qui signifie être magique en bambara est le fruit du processus de travail entre les chorégraphes qui ont adapté le jeux du cadavre exquis à la création chorégraphique pour donner naissance à un monstre magique.

Avec les propositions de chacun des chorégraphes face à cette équipe de neuf danseurs, je vais tisser un fil rouge, une toile qui relie et respecte les trois propositions chorégraphiques pour habiller cet être magique. Ils et elles sont les représentants de la jeunesse africaine, quel est leur présent, et quel futur construisons nous ensemble en restant en dialogue les uns avec les autre.

Avec

Abdoul Kader Simporé aka Dainss, Daniel Koala aka. Tchapratt, Rama Koné (Burkina Faso)
Roger Sarr, Alicia Sebia Gomis, Jules Romain (Sénégal)
Adiara Traoré, Salif Zongo, Adama mariko (Mali)

Chorégraphie

Alioune Diagne, Ladji Koné, Naomi Fall et Amala Dianor

Musique

Awir Leon

Crédits

CDCN Atelier de Paris, Théatre de Suresnes-Jean Vilar, POLE SUD CDCN de Strasbourg, Centre chorégraphique national de Rennes et de Bretagne (C.C.N.R.B.), Centre de la danse Pierre Doussaint Grand Paris Seine et Oise.
Association Diagn’art dirigée par Alioune Diagne, Festival Fari Foni Waati dirigé par Naomi Fall, CDC la Termitière à Ouagadougou, Collectif JUMP dirigé par Ladji Koné
Instituts français de Saint Louis, Dakar, Bamako et Ouagadougou.
Biennale de la danse en Afrique/En marche. La ville d’Angers.